Mobile Suit Gundam

Fiche technique
Nom originalMobile Suit Gundam/Kidô Senshi Gundam
(機動戦士ガンダム)
Le soldat mobile Gundam
OrigineJapon
Année de production1979-1980
ProductionSunrise, Nagoya TV, Sotsu Agency
Nombre d'épisodes43 (42 en France)
AuteurYoshiyuki Tomino, Hajime Yatate
RéalisationYoshiyuki Tomino
ScénariiHiroyuki Hoshiyama, Ken'Ichi Matsuzaki, Yoshihisa Araki, Yû Yamamoto
Chara-DesignYoshikazu Yasuhiko
Mecha-DesignKunio Ôgawara
Superv. en chef de l'anim.Yoshikazu Yasuhiko
Direction artistiqueMitsuki Nakamura
MusiquesTakeo Watanabe, Yûji Matsuyama
Gén. VO interpreté parKô Ikeda, Feeling Free
 
» Staff étendu
Diffusions
1ère diff. streaming26 janvier 2021 (Crunchyroll)
Editions
Sortie en Blu-Ray Disc6 septembre 2023 (@Anime)
Synopsis

Cette histoire débute en l'an 0079 du Siècle Universel (aussi appelé Calendrier Universel ou Universal Century en VO). A cause de la surpopulation, l'humanité a créé différentes colonies spatiales sur lesquelles l'environnement terrestre a été reproduit artificiellement. Bien que disséminées à travers l'univers, ces colonies dépendent toujours de la Terre. Un jour, l'une d'entre-elles, le Duché de Zeon, désirant son indépendance, déclare la guerre au gouvernement fédéral resté sur Terre. Zeon fait alors s'écraser une colonie sur la planète bleue et la moitié de l'humanité périt dans l'attaque meurtrière.
Huit mois plus tard, le jeune colonel Char Aznable du Duché de Zeon guide une troupe de Mobile Suits vers la colonie spatiale Side 7 où seraient cachées de nouvelles armes de guerre développées par le gouvernement fédéral. Une alerte est alors déclenchée pour faire évacuer les civils de Side 7. L'un d'entre eux, un adolescent du nom d'Amuro Ray, se retrouve piégé au moment de l'évacuation et pour s'en sortir, il prend les commandes du Gundam, un prototype de Mobile Suit révolutionnaire sur lequel son père a travaillé. Bien qu'inexpérimenté, il parvient à le diriger plus ou moins en suivant le manuel d'instruction de l'appareil et réussit à vaincre la plupart de ses adversaires. Même s'il peine encore à maîtriser le Gudam, Amuro est engagé dans l'armée comme pilote et est emmené à bord du White Base, un vaisseau spatial de la Fédération où ont été rapatriés de nombreux civils ayant survécu aux combats. Dernier espoir du gouvernement pour repousser les attaques de Zeon, Amuro doit à la fois protéger le White Base et lutter contre le redoutable Char surnommé "la comète rouge"...

Commentaires

7 ans après la création du studio Sunrise (fondé en 1972 par d'anciens membres de Mushi Productions, le studio d’Osamu Tezuka), celui-ci a besoin de créer un succès pour perdurer. En effet, après la production de la série Yusha no Reideen, Sunrise signe un partenariat avec le fabricant de jouets Clover pour réaliser 3 séries avec des robots géants. Les deux premières, Zambot 3 et Daitarn 3, sont des succès mitigés. Le prochain projet de la Sunrise se doit d'être spécial pour marquer les esprits et tous les regards se tournent vers Yamato, le gros succès des années 70. Yoshiyuki Tomino, réalisateur de toutes les précédentes séries de Sunrise (lui-même est un ancien de Mushi Productions), obtient carte blanche pour offrir une série de mecha plus mature, pour un public qui commençait à être lassé des séries de robots. Il souhaite passer du "super robot" au "real robot", un genre plus réaliste. C’est ainsi que né Gundam, intitulé Gunboy aux premiers stades de sa production.
Yoshiyuki Tomino s’entoure du character designer Yoshikazu Yasuhiko, qu’il avait rencontré sur Sasurai no Taiyô/Nathalie et ses amis avant de collaborer avec lui sur Yusha no Reideen, et du mecha designer Kunio Ôgawara, qui avait déjà travaillé avec Tomino sur Daitarn 3. Si le design des personnages reste assez classique, la plus-value de Yasuhiko se fait sur les layout (étape durant laquelle sont définis les angles de prise de vue, les mouvements, les zones d'éclairage et la position des personnages ou autres éléments mobiles par rapport au décor), technique rare à l’époque dans l’animation japonaise mais employée par Isao Takahata sur Heidi. Quant à Ôgawara, il doit - à la demande de Tomino - inventer un robot réaliste (d’environ 20 mètres de haut, soit beaucoup moins que les 100 mètres des robots de type Goldorak) et s’inspire pour cela de la tenue des cosmonautes (les mechas de Gundam étant destinés à aller dans l’espace) mais aussi des Powered Suits des illustrations du roman Starship Troopers. Le fabricant Clover l’obligera toutefois à utiliser les 3 couleurs primaires pour le Gundam (afin d’attirer l’œil des enfants) alors qu’à l’origine il souhaitait qu’il soit entièrement blanc. Ôgawara fut néanmoins libre d'utiliser des couleurs neutres et donc plus réalistes pour les mecha du duché de Zeon, inspirés des visuels du film Barbarella.

En plus de la réalisation, Yoshiyuki Tomino s’est occupé de former l’univers de Gundam. Il a ainsi créé une œuvre anti-nationaliste et anti-militariste, contrairement à Yamato (ironiquement, Tomino avait travaillé sur le 4ème épisode de Yamato mais il fut obligé de modifier tout son travail car cela n’allait pas dans le sens de ce que voulaient les producteurs). Gundam est en fait une subtile allégorie de la 2nde guerre mondiale où la Fédération représente les alliés (la Grande-Bretagne, les États-Unis et l'Union soviétique) et Zéon représente l’Axe (l’Allemagne, l’Italie et le Japon). Même les dates dans la série font écho à des dates de la 2nde guerre mondiale ! Les costumes des personnages ont des inspirations historiques fortes : ceux de la Fédération sont inspirés de l'armée française napoléonienne et ceux de Zeon sont inspirés par l'armée prussienne (c’est-à-dire l’Allemagne d'avant-guerre, avant les Nazis). Tomino a cherché à éviter de tomber dans le manichéisme, montrant que les deux partis ont leurs tords. Il a surtout voulu montrer qu’aucune guerre ne mérite qu’on y sacrifie sa vie, cela n’apportant pas de noblesse dans l’attitude mais seulement le chagrin et le deuil pour les êtres aimés. Selon lui, il est préférable d’essayer d’accomplir quelque chose de significatif pour donner de la valeur à son existence.
Les deux personnages principaux de Gundam sont le reflet de cette œuvre révolutionnaire pour son époque. Ainsi, à contre-courant des héros téméraires et bagarreurs des années 70, Amuro Ray s’avère sombre, solitaire et il n’aime pas se battre. Ses vraies aptitudes, celles d’un Newtype, sont plus intérieures et ne requièrent donc pas de force physique. Le personnage inspirera 20 ans plus tard Shinji dans Evangelion. Quant à Char Azanable, c’est un personnage ambigu, torturé, au passé trouble, et surtout ô combien charismatique ! Il incarne à lui seul l’anti-manichéisme voulu par Tomino.

Malgré toutes ses qualités, la série souffre d’un budget restreint et d’un créneau horaire peu judicieux qui fait que la série n’est pas très suivie. De plus, Yoshikazu Yasuhiko s’est épuisé en réalisant les layouts de la série (en plus de superviser l’animation) et est hospitalisé en cours de production. En son absence, les layouts sont abandonnés et la qualité de l’animation baisse de manière évidente. Comme les enfants ne regardent pas la série, les ventes de jouet ne décollent pas. Clover impose des gadgets qui se greffent au Gundam (Beam Saber, Beam Javelin, Gundam Hammer...) afin de plaire aux enfants mais sans succès. De plus, ces gadgets nuisent au côté réaliste de la série. Si les jouets ne se vendent pas, les musiques de la série font en revanche de très bonnes ventes (surtout le 2ème album, grâce à un visuel très mature, contrairement à celui du 1er album qui était plus enfantin). Ce sera d’ailleurs l'un des premiers anime à avoir sa bande-son dans le commerce. Des fans commencent aussi à monter des clubs et des associations. La série est bien aidée par le magazine Animage, destiné aux premiers otakus, qui en parlait abondamment. La série est d'ailleurs arrivée au sommet du 1er Anime Grand Prix du magazine en 1979 et Amuro Ray et Char Aznable ont été très bien placés dans le classement des meilleurs personnages.
Cela ne suffit pas à sauver la série qui a de très mauvais taux d’audience, si bien que la série est réduite à 39 épisodes au lieu de 52 comme c’était prévu au départ. La production arrive à négocier un mois de diffusion supplémentaire pour boucler correctement l’intrigue, la série fera ainsi 43 épisodes. Ironiquement, au moment de cette annonce, la série commençait à augmenter son audience ! A la fin de la diffusion, les fans - attristés de l'arrêt de la série - se mobilisent pour qu'elle soit rediffusée. A la surprise générale, la rediffusion aura des audiences 2 fois plus élevées que pour la 1ère diffusion !

Dans le même temps, la Sunrise a une idée pour relancer les ventes de jouets et propose à Clover de vendre des maquettes de robots en plastique destinés à un public plus âgé. Mais le sponsor refuse, persuadé que cela sera un échec. Clover laisse la Sunrise négocier avec un autre marchand de jouets et Bandai (déjà en charge des maquettes de Yamato) se montre intéressé. 6 mois après la fin de la série sortent les Gunpla (contraction de "Gundam" et "plastic"). Le succès est foudroyant et des millions d'exemplaires sont vendus ! Quelques années plus tard, Clover déposera le bilan...
Fort du succès de la rediffusion et des ventes de Gunpla, Tomino se voit proposer par le distributeur Shochiku de faire un film résumé. Or, Tomino ne voit pas comment résumer sa série en 1 seul film et tente de négocier pour en avoir 4. Il en aura finalement 3 (cela se ressentira sur le 2ème film qui propose 2 parties distinctes). De plus, il n’aura pas l'assurance de pouvoir réaliser les films 2 et 3, ceux-ci ne seront financés que si le premier est un succès, ce qui sera le cas puisqu’il génèrera presque un milliard de bénéfices au box-office ! Shochiku accepte donc de financer le film suivant mais la production du 3ème film reste encore en suspens. Le 2ème génère 770 millions de yens, ce qui est suffisant pour lancer la production du 3ème et dernier film. Les chansons du film, interprétées par Daisuke Inoue, sont par ailleurs en tête des charts. Composé à 70% d'animation inédite, le 3ème film explose le box-office avec près de 1 milliard 300 000 yens de bénéfices. C'est le film d'animation qui a le mieux marché en 1982 au Japon. Tomino profite de cette version cinématographique pour effacer les éléments imposés par Clover qui ne lui plaisaient pas et pour développer le concept des Newtype (concept inventé en cours de série). Yoshikazu Yasuhiko peut aussi refaire les scènes qui avaient été animées sans lui.

Bandai profite du succès des films pour lancer de nouvelles Gunpla puis contacte Hollywood afin de réaliser un film live. En 1983, Chip Proser est choisi par Lyons Gate pour réaliser le film et il contacte l'artiste Syd Mead pour concevoir des visuels. Le scénario diffère beaucoup de celui de la série (Char et Amuro sont frères !) et il est simplifié. Lyonsgate doit mettre fin au projet car la Sunrise les contacte pour leur dire qu'ils ne leur céderont pas leurs droits.
Dans le même temps, afin d’obtenir les droits sur l’histoire qu’il a créée (sur la série c'est Hajime Yatate - une personne fictive - qui est crédité), Tomino lance une trilogie romanesque de "Gundam". Celle-ci change plusieurs points, le plus important étant qu’Amuro est un militaire et non un civil qui prend malgré lui part à la guerre et qui meurt lors d’un combat ! Cette vision très sombre montre à quel point Tomino voulait au départ faire une série très mature. Après Gundam, Tomino continue la réalisation de séries de mecha : Space runaway Ideon, Combat mecha Xabungle, Aura battler Dunbine et Heavy Metal L-Gaim. Mais le succès n'égale pas celui de Gundam et la Sunrise réclame une suite. Ce sera Zeta Gundam

Pour l’anecdote, l’épisode 15, intitulé "Cucuruz Doan no Shima" ("L’île de Cucuruz Doan"), est totalement inédit en dehors du Japon. En effet, Tomino l’a renié car il le juge raté et mal animé, si bien qu’il ne fut jamais rediffusé. Mais au lieu de tomber dans l’oubli, il deviendra légendaire au fil des ans, ce qui a incité Sunrise à produire en 2022 un film d’animation réalisé par Yoshikazu Yasuhiko. Le film reprend l’histoire de l’épisode 15 mais de manière plus élaborée.

L’écriture de cette fiche a été grandement aidée par le documentaire "La genèse de Gundam" que nous vous invitons fortement à regarder.

Vous pouvez consulter la chronologie quasi exhaustive de toutes les séries, OAV et film Gundam dans la liste ci-dessous (documents d'archives).

Liste des épisodes
01. Quand se dresse le Gundam
02. Détruisez le Gundam
03. Le ravitailleur ennemi
04. L’évasion de Luna 2
05. Rentrée atmosphérique
06. Garma attaque
07. L’ascension du Core Fighter
08. Bataille dans le désert
09. Envole-toi, Gundam !
10. La chute de Garma
11. Icelina, le témoin de l’amour
12. La menace Zeon
13. Je suis revenu, maman…
14. Course contre la montre
15. Inédit
16. Sayla pilote
17. Amuro déserte
18. Le feu de l’Adzam Leader
19. Ramba Ral, à l’assaut !
20. L’abordage du White Base
21. Le prix de la guerre
22. Le piège de M’Quve
23. Le sauvetage de Matilda
24. Les Triple Black Star
25. Le choc d’Odessa
26. Char revient
27. Espionne à bord !
28. L’Atlantique teinté de sang
29. Tragédie à Jaburo
30. Sentinelles en culottes courtes
31. Le Zanzibar aux trousses
32. Par-delà les lignes ennemies
33. L’Offensive de Conscon
34. Rencontre fatidique
35. La Prise de Solomon
36. L’Effroyable Big-Zam
37. Duel sur Texas
38. Char et Sayla
39. Challia Bull, le Newtyp
40. Lalah et l’Elmeth
41. La lumière du cosmos
42. La forteresse spatiale A Baoa Qu
43. La fuite
Documents d'archives

Publicités, jouets, coupures presse, ... découvrez les documents d'archives de "Gundam".

Auteur : Arachnée
Sources :
http://www.mahq.net/ (images)
Vidéo "La genèse de Gundam"
Gundam - image 1 Gundam - image 2 Gundam - image 3 Gundam - image 4 Gundam - image 5 Gundam - image 6 Gundam - image 7 Gundam - image 8 Gundam - image 9 Gundam - image 10 Gundam - image 11 Gundam - image 12 Gundam - image 13 Gundam - image 14 Gundam - image 15 Gundam - image 16 Gundam - image 17 Gundam - image 18 Gundam - image 19 Gundam - image 20


Mobile Suit Gundam/Kidô Senshi Gundam © Yoshiyuki Tomino, Hajime Yatate / Sunrise, Nagoya TV, Sotsu Agency
Fiche publiée le 07 avril 2024 - Dernière modification le 11 avril 2024 - Lue 1767 fois