Pinocchio et la Clé d'Or  ou Les Aventures de Pinocchio

Fiche technique
Nom originalPriklyucheniya Buratino (Приключения Буратино)
OrigineRussie
Année de production1959
ProductionSoyuzmultfilm
Durée68 minutes
Auteur romanAlexis Tolstoï
RéalisationIvan Ivanov-Vano, Dimitri Babichenko, Michael Botov
ScénariiLudmila Tolstaya, Nikolai Erdman
AnimationKonstantin Chikine, Elena Khloudova, Kirill Malyantovich, Faina Yepifanova, Vladimir Popov, Boris Boutakov, Valentin Karavaev, Fedor Khitruk, Igor Podgorsky, Vladimir Krumin, Vladimir Pekar, Vadim Dolgikh
Direction artistiquePetr Repkin, Svetozar Russakov
Direction du sonGeorge Martynuk
Direction de l'écritureRaisa Frichinskaya
DécorsG. Nevzorova, I. Kuskova, Konstantin Malychev, Olga Emilevna Ghemmerling, Petr Korobayev, Dmitriy Anpilov
MontageN. Mayorova
Direction photographieMikhail Druyan
MusiquesAnatoly Lepin (1ère VF), Thomas Chase, Steve Rucker (2ème VF)
Diffusions
Arrivée en France (cinéma)24 septembre 1980?
Rediffusions2 juillet 2004 (TiJi)
Rediffusionsnombreuses jusqu'à 24 novembre 2010 (TiJi)
Editions
Sortie en VHS1986 (Antarès - VCP - Travalling - Réglisse collection)
Sortie en DVD5 octobre 2005 (Seven 7 - Les Contes De Mon Enfance)
3 janvier 2012 (Kappa éditions - Les Contes De Mon Enfance)
Synopsis

Il était une fois un magicien qui utilisa le bois d’un arbre magique pour sculpter des personnages qui prirent vie. Hélas, un méchant individu du nom de Karabas-Barabas déroba les petits personnages de bois et en fit ses esclaves. Le pauvre magicien, trop âgé pour secourir ses amis de bois, en mourut de désespoir. Karabas vola par ailleurs une clé d’or appartenant au magicien qui est censée ouvrir une porte donnant accès à un trésor... porte dont Karabas ne connait pas l'emplacement exact (tout juste sait-il qu'elle se trouve derrière une cheminée). Quelques temps plus tard, Karabas vient trouver un vieux menuisier du nom de Giuseppe afin que ce dernier lui rende l’argent qu’il lui a prêté. Ne pouvant pas le payer, Giuseppe lui propose de lui donner une bûche qu’il a trouvée par terre. Karabas refuse et Giuseppe décide d’utiliser la bûche pour en faire un pied de table. C’est alors que la bûche émet des protestations ! Effrayé, Giuseppe décide de se débarrasser de la bûche en la donnant à son vieil ami papa Carlo, un homme très généreux qui vit dans une grande pauvreté. Giuseppe explique à Carlo que s’il sculpte la bûche pour en faire un pantin, ce dernier pourra danser et chanter et lui rapporter de l’argent. Papa Carlo suit ces conseils et baptise le pantin Pinocchio (Bouratino dans la 1ère VF) mais renonce finalement à le faire travailler et l’envoie à l’école pour qu’il y reçoive une bonne éducation. Malheureusement, Pinocchio n’a aucune envie d’aller à l’école, si bien que M. Grillon, un insecte qui vit sous le toit de papa Carlo depuis une cinquantaine d’années (et qui veille sur lui), se montre pour exhorter à Pinocchio d’écouter son père. Mais le pantin n’en fait qu’à sa tête et jette un marteau au grillon, qui évite l’outil de peu ! Il se bat aussi avec la mère Rat, qui essaye de lui voler sa nourriture, comme elle a l'habitude de le faire avec papa Carlo. Ce dernier offre à Pinocchio un livre qu’il a acheté en revendant son manteau. Ému par ce sacrifice, le pantin se décide à aller à l’école. Mais le lendemain, il voit le cirque de Karabas-Barabas sur son chemin et choisit d’y aller avant. Comme il n’a pas d’argent, il échange avec un petit garçon son livre d’école contre 4 pièces afin d'assister au spectacle de marionnettes. Malheureusement pour lui, Karabas le fait prisonnier !

Alors que Kababas veut se servir de Pinocchio comme bois pour sa cheminée, le pantin lui apprend fortuitement que la cheminée de son père n’est qu’une toile peinte. Karabas pense alors que c’est peut-être l’accès du fameux trésor du magicien et donne des pièces d’or à Pinocchio afin qu’il les remette à son père et que ce dernier les mette dans sa cachette secrète. Il paye ensuite Alicia la renarde et Basilio le chat pour qu’ils espionnent Pinocchio et volent le trésor après avoir découvert la cachette de son père. Mais en voulant leur remettre la clé du trésor, il la fait tomber dans l’eau si bien que les deux bandits se trouvent sans travail ! Ceux-ci décident alors d’escroquer Pinocchio en compensation en lui volant ses pièces d'or. Pour cela, ils lui racontent une fable incroyable : une somme d'argent peut être multipliée par dix en creusant un trou dans le champ des merveilles, en répétant 3 fois une formule magique, puis en mettant les pièces dans le trou avant de s’endormir. Le lendemain, un arbre magique avec des pièces à chaque branche apparaîtra. Pinocchio, qui est très naïf, part dans le champ alors que la nuit tombe et se fait racketter par la renarde et le chat qui se sont déguisés. Après avoir avalé les pièces pour ne pas les céder, Pinocchio court jusqu’à une maison qui s’avère appartenir à Malvina (Mal'vina dans la 1ère VF), une marionnette de la troupe de Karabas qui a réussi à s'échapper. Mais celle-ci ne répond pas et les deux coquins rattrapent Pinocchio et le pendent à la branche d’un arbre afin qu'il recrache les pièces... Le lendemain, il est retrouvé par Malvina et son chien Artemon et secouru par trois animaux, un hibou chirurgien, une grenouille docteur et une sauterelle guérisseur qui s'avèrent peu utiles. Pinocchio se réveille néanmoins et fait connaissance avec Malvina qui tente par la suite de lui donner une bonne éducation, ce qui va lui causer beaucoup de difficultés tant le pantin se montre indiscipliné. Enfermé par Malvina dans son grenier pour qu’il réfléchisse à ses bêtises, il reçoit un message d’Alicia et Basilio, qui n’ont toujours pas récupéré les pièces d’or. Pinocchio s’enfuit et est conduit par ses deux "amis" au champ des merveilles situé dans le pays des mensonges (pays des benêts dans la 1ère VF) où il met les pièces d’or dans un trou. Cependant, comme Pinocchio ne veut pas dormir, la renarde et le chat vont chercher un commissaire et lui "apprennent" que Pinocchio fomente un assassinat contre lui. Pendant que le pantin est puni par la police et jeté dans une mare, les voyous récupèrent son or.


» Résumé complet


Commentaires

A l’instar de Blanche-Neige et les sept chevaliers, cette histoire est la version russe d’un conte bien connu. Elle a été écrite par Alexis Tolstoï, auteur de plusieurs romans ("La singulière aventure de Nikita Rochtchine", "Aélita, ou le Déclin de Mars"…) et de pièces de théâtre et considéré comme l’un des plus grands auteurs de son pays. Si en France il est surtout connu à cause de l’aspect controversé de quelques unes de ses œuvres (il a écrit une nouvelle à la gloire de Staline, "Le pain", et a légitimé la révolution russe d’octobre 1917 dans "Le chemin des tourments"), en Russie son adaptation du conte de Pinocchio, "La Petite Clé d'or, ou Les Aventures de Bouratino" (1936), est considéré comme un classique de la littérature pour enfants. "Bouratino" est souvent joué sous forme de pièce de théâtre ou de ballet et a connu plusieurs autres adaptations que celle qui nous intéresse ici : une première version réalisée en 1939 par Aleksandr Ptushko pour les studios Mosfilm mêlant animation en volume et prise de vue réelles, un film musical en 1975 et un film live assez récent (2009), "Buratino, son of Pinocchio", réalisé par Rasmus Merivoo (c’est une adaptation très libre). Notons que Bouratino est aussi devenu le nom d’une marque de produits pour enfants !

Alexis Tolstoï, qui avait lu le conte de "Pinocchio" lorsqu’il était jeune, a eu l’idée d’en faire une version plus adaptée aux enfants russes alors qu’il était en convalescence suite à un infarctus. Si le début de sa version est assez proche de l’originale (jusqu’à l’arrivée de Bouratino au pays des benêts), la suite prend un tournant tout à fait différent. De plus, les personnages changent de noms et certains ont une fonction différente dans son récit. Ainsi, Pinocchio devient Bouratino, nom qui provient de l’italien Burattino (qui signifie pantin de bois) et qui était d’ailleurs le nom original du personnage italien lors de la publication en Italie des premiers chapitres de "Pinocchio" (conte qui s’appelait alors "Storia di un burattino"). Pour l’anecdote, l’histoire se terminait par la mort par pendaison du pantin avant que Carlo Collodi ne ressuscite son personnage suite aux protestations des enfants ! C’est en inventant une suite à cette histoire que l’auteur lui trouva le nom de Pinocchio ("œil de pin"). Maître Antoine, Geppetto, Mangefeu et la fée aux cheveux bleus ont quant à eux été rebaptisés Giuseppe, papa Carlo, Karabas-Barabas et Mal’vina. On notera que Mangefeu n’est qu’un personnage secondaire dans "Pinocchio" là où Karabas-Barabas a un rôle proéminent dans "Bouratino". Indéniablement, la fée aux cheveux bleus (appelée aussi la fée bleue) est le personnage qui a le plus changé : chez Collodi elle est une sorte de mère pour le pantin de bois, idéalisée et bienveillante. Chez Tolstoï, elle n’est plus qu’une marionnette, certes très belle mais précieuse et assez ridicule, qui de plus échoue à donner une bonne éducation à Bouratino. Son statut de mère par procuration est remplacée par celui de compagne du pantin. Le Chat et le Renard, jamais nommés dans le conte italien, sont ici appelés Basilio et Alisa et quelques nouveaux personnages apparaissent : Pierrot, marionnette du théâtre de Karabas-Barabas, Artemon, chien de Mal’vina et Duremar, serviteur de Karabas-Barabas.

Pour la seconde partie de son récit, Tolstoï délaisse complément le conte italien et puise une probable inspiration dans le roman "Henri d'Ofterdingen" du poète allemand Novalis, dans lequel une clé magique offre au héros de multiples pouvoirs. Ce choix n’est pas anodin car Tolstoï raconte au fond une histoire bien différente de celle de Collodi : il ne s’agit pas d’un conte moral qui exhorte les enfants à ne pas mentir pour devenir raisonnables, mais d’un véritable récit initiatique dans lequel le héros se révolte contre ses bourreaux pour trouver la liberté. De ce fait, la fin est différente : Bouratino ne se transforme pas en enfant, au contraire, il assume sa condition de marionnette. Peut-être cela vient-il du fait que son auteur est russe, mais certaines personnes ont vu derrière l’histoire de "Bouratino" une critique déguisée du capitalisme (en particulier lors de la scène au pays des benêts où les riches font étalage de leur stupidité) voire même une apologie feutrée du communisme mais c’est néanmoins suffisamment implicite pour que l’on ne soit pas totalement convaincu par cette interprétation. D'autres critiques concernant le mouvement symboliste russe (mouvement qui n’a jamais accepté Tolstoï dans ses rangs) représenté par Pierrot, la police à laquelle font penser les chiens policiers du pays des benêts, les politiciens corrompus (le gouverneur qui vit comme un pacha) ou encore les charlatans (la scène où des médecins de fortune tentent de soigner Bouratino) apparaissent en filigrane mais ces critiques - furent-elles avérées - ne sont pas assez appuyées pour qu’on puisse voir un véritable caractère idéologique dans cette œuvre. En revanche, elles renvoient à la réalité culturelle de la Russie de l’époque qui donne un cachet particulier à cette version du conte, et qui explique sans doute que dans son pays "Bouratino" a largement supplanté "Pinocchio" dans le cœur des enfants.

L’adaptation animée des fameux studios Soyuzmultfilm est extrêmement fidèle au conte de Tolstoï et la réalisation est de très bonne facture, comme toujours avec les dessins animés russes de cette époque. Il existe deux doublages français de ce film : le premier édité en VHS dans les années 80 est très fidèle à la version originale, bien que l’on puisse déplorer qu'il ait été effectué par des comédiens russes, à l’accent très prononcé. Le second bénéficie d’un casting de bonne qualité mais a malheureusement été fait d’après une version américaine de la société Films by Jove qui a changé les musiques, adouci certains dialogues (notamment lorsque Mal’vina essaye d’éduquer Bouratino, elle conclue qu’il n’y a rien à tirer de lui en VO alors que dans ce doublage elle déplore le fait qu’il ne fasse pas d’efforts alors qu’il est "si intelligent"...) et présenté l’œuvre comme une adaptation du livre de Carlo Collodi et non d’Alexis Tolstoï ! A noter aussi que dans cette version, les chansons sont restées en anglais sauf celles de Pierrot qui sont en français (y compris dans la version américaine, ce qui s’explique par le fait que le personnage soit français).

Doublage
Voix françaises (Studios Filmexport, SOFI) :
Redoublage:
Claude ChantalNarratrice, mère rat, Tortella la tortue, la grenouille
Luq HametPinocchio, Pierrot, le hibou, le commissaire, le restaurateur, le gouverneur
Teddy BillisPapa Carlo, la sauterelle
Henri GuybetKarabas
Jacques CironGiuseppe, Duremar
Marie MartineAlicia la renarde, le petit garçon, la chauve-souris
Gérard SurugueBasilio le chat, M. Grillon, le crapaud, la vieille marionette
Sylvie JacobMalvina, Arlequin
Auteur : Arachnée
Doublage : Arachnée
Pinocchio et la Clé d'Or - image 1 Pinocchio et la Clé d'Or - image 2 Pinocchio et la Clé d'Or - image 3 Pinocchio et la Clé d'Or - image 4 Pinocchio et la Clé d'Or - image 5 Pinocchio et la Clé d'Or - image 6 Pinocchio et la Clé d'Or - image 7 Pinocchio et la Clé d'Or - image 8 Pinocchio et la Clé d'Or - image 9 Pinocchio et la Clé d'Or - image 10 Pinocchio et la Clé d'Or - image 11 Pinocchio et la Clé d'Or - image 12 Pinocchio et la Clé d'Or - image 13 Pinocchio et la Clé d'Or - image 14 Pinocchio et la Clé d'Or - image 15 Pinocchio et la Clé d'Or - image 16 Pinocchio et la Clé d'Or - image 17 Pinocchio et la Clé d'Or - image 18 Pinocchio et la Clé d'Or - image 19 Pinocchio et la Clé d'Or - image 20 Pinocchio et la Clé d'Or - image 21 Pinocchio et la Clé d'Or - image 22


Priklyucheniya Buratino © Alexis Tolstoï / Soyuzmultfilm
Fiche publiée le 05 novembre 2013 - Dernière modification le 31 octobre 2014 - Lue 5636 fois