Le Tour du Monde en 80 Jours (1988)

Fiche technique
Nom originalAround the world in 80 days
OrigineAustralie
Année de production1988
ProductionBurbank Films Australia
Durée49 minutes
Auteur romanJules Verne
Assistant-réalisationJaney Dunn
ProductionRoz Phillips
Producteur exécutifTom Stacey
ScénariiAlex Nicholas, Leonard Lee
Story-boardsSteve Lumley
AnimationJamil Ahmad, Susan Beak, Patrick Burns, Geoff Collins, John Ellis, Greg Ellis, Vic Johnson, Dwayne Labbé, Cynthia Leech, Neil McNeil, Wally Micati, Astrid Nordheim, Michael Stapleton, Maria Szemenyei, Bun Heang Ung
Chara-DesignGreg McAlpine
Direction de l'animationAlex Nicholas
Superv. en chef de l'anim.Warwick Gilbert
Direction des décorsBeverley McNamara
DécorsPaul Pattie, Jerry Liew
Direction du layoutAlex Nicholas
LayoutRory Baxter, David Cook, Bob Fosbery, David Skinner (animation-clé), Yosh Barry (décors), Glen Lovett (décors)
Chef coloristeAngela Bodini
MontagePeter Jennings, Caroline Neave
MusiquesSimon Walker
Editions
Sortie en VHSannées 90 (Kids Toon)
années 90 (American Producers Associated - Les plus grands dessins animés)
1993 (Master films)
Sortie en DVDannées 2000 (Benjamin)
années 2000 (Laserlight Digital)
années 2000 (Eléphant)
Synopsis

Londres, 1872. 200 000 livres sterling sont dérobées à la banque de Londres. Le braqueur ressemble comme deux gouttes d'eau à Phileas Fogg, un gentleman faisant partie du distingué Reform-Club. Il lui ressemble tellement qu'il pourrait s'agir du même homme ! En effet, Phileas Fogg parie justement 200 000 livres sterling avec ses pairs : s'il parvient à réaliser un tour du monde en 80 jours, il remportera la même somme que lui verseront les autres membres du club et s'il perd c'est lui qui devra leur verser cette somme faramineuse. Phileas Fogg part avec un domestique français qu’il vient juste d’engager, Passepartout. Celui-ci est désespéré de faire un voyage si périlleux avec un maître aussi aventureux et insouciant ! Et si le périple n’était pas assez dangereux comme ça, Phileas Fogg et Passepartout sont poursuivis par l’inspecteur Fix qui est persuadé que l’aventurier est l’homme qui a braqué la banque de Londres. Il faut dire que la description que lui a faite un témoin correspond totalement.
Même s’il semble souvent se moquer de tout, Phileas Fogg est tout de même un homme de cœur et le prouve en Inde en sauvant une jeune femme d’un sacrifice horrible auquel elle était promise...

Commentaires

Paru de novembre à décembre 1872 sous forme de feuilleton dans le magazine Le Temps puis en tome relié en 1873, Le Tour du Monde en 80 Jours est l’une des œuvres les plus célèbres de Jules Verne. Ce dernier s’est très probablement inspiré de George Francis Train, homme d'affaires et aventurier américain, qui effectua plusieurs tours du monde, dont le plus court fut terminé en quatre-vingts jours en 1870, soit deux ans avant la parution du roman. Comme Phileas Fogg, il loua un train entier pour voyager et se retrouva en prison temporairement.
Parce qu’il représente une formidable épopée avec de nombreux rebondissements, Le Tour du Monde en 80 Jours a été adapté de nombreuses fois au cinéma, mais aussi à la télévision avec plusieurs mini-séries. Du côté de l’animation, hormis la version australienne qui nous intéresse ici, il existe une version hispano-japonaise, qui demeure l’adaptation la plus connue, mais il existe aussi une autre version australienne diffusée dans Récré A2, et un film d’animation de 2000, Titi et le Tour du monde en 80 chats (avec Titi, Sylvestre, Bugs Bunny...)

Ce vidéo-film est clairement inspiré, du moins visuellement, de la version italo-japonaise. Certes, adapter une histoire avec des animaux anthropomorphiques n'est pas nouvelle, mais on remarque que le personnage de l'Indienne (Jasmine dans cette version et Romy dans l'autre adaptation) est dans les deux cas une chatte au pelage mauve ! Difficile de conclure à une coïncidence. Le scénario est en revanche différent. Cette œuvre australienne est beaucoup plus comique, l'humour découlant notamment de l'opposition entre les caractères opposés de Phileas Fogg (je-m'en-fichiste et insouciant) et Passepartout (assez peureux et maladroit). L'histoire d'origine est plutôt adaptée fidèlement, même si Jasmine (Aouda dans le livre de Jules Verne) reste en Inde au lieu de rejoindre Phileas Fogg et Passe-Partout dans leurs aventures (et d'épouser Fogg à la fin). Le côté léger du caractère de Phileas Fogg est aussi forcé par rapport au roman puisque dans celui-ci il est prêt à renoncer à son voyage pour aller au secours de Passepartout alors que dans le vidéo-film il semble prêt à l'abandonner sans se soucier de ce qui lui arrivera. Le voyage, durée de 50 minutes oblige, est aussi beaucoup plus court et on notera que Fogg voyage en ballon au début alors que dans le livre de Jules Verne il n'utilise que le train et le bateau.
Le doublage français s'avère correct bien que les interprètes soient peu connus (voire inconnus pour les rôles principaux), à l’exception de l'accent suisse horriblement caricatural du capitaine Speedy (qui ressemble à la fameuse pub des années 80 pour la boisson Ovomaltine !)

Doublage
Voix françaises :
Patrice MelennecFix
Michel MerryM. Stuart, le consul, le directeur de la police indienne, le capitaine Speedy
Jean-Pascal QuilichiniRajib, l'employé des chemins de fer
Auteur : Arachnée
Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 1 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 2 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 3 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 4 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 5 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 6 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 7 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 8 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 9 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 10 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 11 Le Tour du Monde en 80 Jours (1988) - image 12


Around the world in 80 days © Jules Verne / Burbank Films Australia
Fiche publiée le 28 janvier 2021 - Lue 1898 fois