Le Renard et le Loup

Fiche technique
Nom originalLisa i volk (Лиса и волк)
Le Renard et le Loup
OrigineRussie
Année de production1958
ProductionSoyuzmultfilm
Durée11 minutes
RéalisationPetr Nossov
ScénariiNikolai P. Abramov
AnimationElizabeth Komova, Viatcheslav Kotenotchkine, Victor Likhachev, Vladimir Pekar, Igor Podgorsky, Vasiliy Ryabchikov
Direction artistiqueVasiliy Ryabchikov, Igor Znamensky
Direction du sonGeorge Martynuk
Direction photographieEkaterina Rizo
MusiquesYuri Nikolsky
Adaptation françaiseCharles Dorat
Direction de doublageRoger Rudel
Diffusions
Arrivée en France (cinéma)1959 ?
Synopsis

Où un vieil homme se voit délester du fruit de sa pêche par Commère la Renarde...

Par un matin d'hiver glacial et blanc de neige, Commère la Renarde chasse un coq de bruyère qu'elle ne parvient pas à attraper. C'est alors qu'elle aperçoit un vieux paysan conduisant son traîneau en direction de la rivière. Curieuse, elle le suit et découvre que celui-ci vient relever une nasse de pêche plongé dans un trou fait dans la glace recouvrant la surface gelée du cours d'eau. Le vieil homme dépose les poissons ainsi fait prisonniers à l'arrière de son véhicule avant que de reprendre, fort satisfait de cette pêche, le chemin de son foyer. Commère la Renarde, à la vue des poissons, s'en lèche déjà les babines et, sitôt l'homme ayant quitté les lieux, faisant le tour du trou dans la glace afin de réfléchir au moyen d'y extraire de la nourriture, l'idée lui vient de la prendre directement déjà extraite de la rivière. Elle court alors dans la direction empruntée par le vieil homme et son attelage et discrètement, parvenant à les rattraper et les distancer, elle se couche un peu plus loin sur la voie où ceux-ci vont passer, et fait la morte. L'homme à sa vue s'arrête et prend en ses mains l'animal qu'il croit sans vie. Il le dépose ainsi sur son traineau, près des poissons, tout en pensant en faire un col pour sa femme. Peu après, dans son dos, sans faire de bruit et pendant que l'homme est occupé à conduire, Commère la Renarde jette un à un tous les poissons sur le chemin, puis elle saute elle-même du traîneau, ramasse les poissons et s’apprête à s'en faire un festin. Quant à l'homme de retour chez lui, sans jeter un œil à son chargement, il annonce à sa femme ce qu'il lui rapporte et celle-ci ne peut que constater en colère, croyant que son époux se moque d'elle, l’absence de la nourriture et de son futur col.

Où Compère le Loup est lui aussi victime de la ruse de Commère la Renarde...

Alors que Commère la Renarde n'en a pas terminé avec son repas, arrive affamé Compère le Loup (Kumanek) qui, à la vue des poissons, lui demande de lui en donner quelques-uns. Plutôt que de se plier à son ordre, ne désirant point partager sa nourriture, Commère la Renarde conseille à Compère le Loup d'aller lui-même pêcher des poissons et, sur ce la nuit arrivant, elle l'emmène au trou encore ouvert que le vieil homme a fait dans la glace qui recouvre la surface gelée de la rivière : sur ses directives, Compère le Loup s'assoie au bord du trou, laissant sa queue plonger dans l'eau glaciale. Évidemment le froid nocturne aidant, l'eau finit par geler, refermant l'ouverture et emprisonnant dans la glace la queue de l'animal, celui-ci croyant que la lourdeur qu'il ressent alors provient des poissons s'accrochant à sa queue qu'il ne parvient pas à retirer. Il reste dans cette désagréable situation jusqu'au matin où, sous les cris de « au loup ! » de paysannes venues puiser de l'eau, il est contraint de fuir en y laissant sa queue restée coincée dans la glace.

Où Commère la Renarde désirant à nouveau s'approprier le bien d'autrui en tentant de dérober quelques poules au couple de paysans, et après s'être moquée une fois encore de Compère le Loup « battu le Loup mais content », est finalement victime de son comportement...

En effet, alors qu'elle met dans un sac les poules qu'elle attrape, elle tombe dans la pâte à pain préparée par la paysanne et, toute couverte de cette pâte, elle effraie le chien du couple de paysans qui se réfugie dans le sac où les poules prisonnières s'en échappent dans le même temps. Retrouvant Compère le Loup dans les bois, et ne désirant point à nouveau partager avec celui-ci les volailles qu'elle croit avoir emporté dans le sac après s'être quelque peu défait de la pâte, Commère la Renarde est surprise par ce qui s'extrait dudit sac, le chien la punissant alors de ses crocs...

Commentaires

Le court-métrage d'animation soviétique Le Renard et le Loup de Petr Nossov est une adaptation d'un conte russe fort populaire en son pays, conte empruntant une partie de sa matière au célèbre récit animalier français du Moyen Âge, Le Roman de Renart. Reprenant ainsi deux tableaux parmi les plus populaires de ce dernier (la septième et la neuvième aventure) où Renart le goupil se joue d'Ysengrin le loup et d'un paysan, le conte russe se distingue toutefois de l'ouvrage en françois en faisant du renard une renarde.
Ce conte, également connue sous le titre Lisichka-sestrichka i seryy volk (La petite sœur renarde et le loup gris), a été traduit en France par Louis Léger en 1882 dans l'ouvrage Recueil de contes populaires slaves (Ernest Leroux). Étant titré « Le renard et le loup », la renarde y est tout simplement nommée « le renard » et le loup l'appelle « frère ». Il existe une autre traduction en français de ce conte sous le titre Ma Commère la Renarde publiée en 1948 aux éditions moscovites Éditions du Progrès (collection « Légendes Populaires Russes ») : il s'agit de la version de référence de ce conte écrite par Alexéi Tolstoi.
A propos du Roman de Renart qui puisa quelque peu à la source d’Ésope et sera repris par Goethe, outre la magnifique adaptation cinématographique de Ladislas et Irène Starewitch, on notera également celles télévisées de Richard Rein et de Maurice Château. On trouve par ailleurs des traces dudit renard et dudit loup chez Jean de La Fontaine, ainsi que chez les frères Grimm (« Le Loup et le renard » des frères Grimm, notamment adapté dans le 32ème épisode de la série Raconte-moi une histoire, adaptation où est ajouté le thème du loup perdant sa queue dans la glace, scène ne figurant pas dans le texte des frères Grimm).

Le scénario du court-métrage de Petr Nossov signé par Nikolai Abramov se différencie du conte en sa conclusion puisque la renarde est punie de ses ruses alors qu'il n'en est rien dans le texte original qui, s'il tend à avertir à ne point faire preuve de trop de crédulité en certaines circonstances et rencontres, souligne avant tout qu'un être d'une faible constitution peut surpasser les plus forts en faisant preuve d'une certaine ingéniosité. On peut tout de même s'interroger sur ce choix qui rompt avec la traditionnelle fin en faveur de la renarde, même s'il semble que la conclusion du film est plus en adéquation avec l'esprit de son temps, le vol et la tromperie ne pouvant être pardonnés.

Du point de vue de la technique, l'ouvrage est d'une belle fluidité quant à l'animation des personnages, ce qui à cette époque était une des grandes qualités des productions du studio Soyuzmultfilm (parmi les animateurs officiant sur Le Renard et le Loup certains ont œuvré auparavant sur L'Antilope d'Or, Le Postier de Neige ou encore Le Petit Shego). Concernant l'atmosphère artistique, l'élément blanc recouvrant la plupart des décors offre à voir des paysages dépouillés baignant dans une onctueuse luminosité. On soulignera également qu'une grande partie de l'équipe ayant conçu ce film d'animation (le réalisateur, le scénariste, les directeurs artistiques et plusieurs animateurs) avait de même, un an plus tôt, produit le court-métrage Volk i semero kozlyat (Le Loup et les sept petits enfants, 1957) dans lequel un loup, en l'absence de la chèvre, tente de pénétrer dans la maison de cette dernière dont les enfants, bien à l’abri dans l'habitat, attendent son retour (d'après le conte des frères Grimm). Quelques années encore auparavant, Nikolai Abramov qui aimait à conter des récits animaliers mettait déjà en confrontation un renard et entre autres un loup dans Krashenyj Lis (Le Renard couvert de peinture, 1953) d'Alexander Ivanov, d'après un conte de Ivan Yakovlevich Franco (on notera que le thème du renard recouvert de peinture inspirant la peur aux autres animaux de la forêt se retrouve dans Le Renard et le Loup avec la scène de Commère la Renarde recouverte de pâte à pain).

Le conte russe de la renarde et du loup a connu en 1935 une première adaptation dans le domaine du cinéma d'animation soviétique, ce en un court-métrage en stop-motion réalisé par Sarra Mokil pour le studio Mosfilm. Écrit par l'illustre Alexandre Ptouchko qui en était également le directeur artistique, cette œuvre est le premier film d'animation soviétique en couleur, usant pour cela du système tricolore de Pavel Mikhailovich Mershin (1897-1942). A noter que si la seconde moité du métrage de Sarra Mokil adapte le conte russe, la première est issue d'une variation originaire d'Ouzbékistan.
Évidemment, ce conte a été édité en de nombreuses publications en son pays sous la forme d'albums jeunesse ou autres supports d'images, et l'on peut citer parmi les grands artistes l'ayant illustré Petr Petrovich Repkin (1915-1995, directeur artistique de renom du studio Soyuzmultfilm) en 1954, ce sous la forme de diapositives sur pellicule (Diafilm), support fort populaire dans les pays de l'Est de l'Europe et sur lequel cet artiste ne cessa de s'exprimer dans son style chaleureux de 1935 jusqu'à la fin des années 1980. Plus récemment, Nikolai Ustinov (1937-) a lui aussi brillamment illustré ce conte en un album jeunesse (parmi une centaine de livres qu'il a signé, seuls quelques cinq titres ont été édités en France chez Albin Michel).

Quant au doublage français de ce film d'animation, il est porté par Roger Rudel, célèbre pour avoir prêté sa voix à Kirk Douglas sur quasiment, sauf quelques exceptions, tous les longs-métrages cinématographiques dans lesquels joua l'artiste états-unien aux origines russes. En l'année 1959, que l'on suppose sans certitude être celle où le doublage du Renard et le Loup fut réalisé, Roger Rudel, alors des plus actifs en la matière durant sa carrière, participa comme les années précédentes et les suivantes à une dizaine de doublage, à la fois en tant que comédien mais aussi à la direction de ceux-ci.
C'est probablement le seul doublage français de ce film d'animation contrairement à d'autres créations du studio Soyuzmultfilm issues de la même période qui, si elles connurent chacune une première exploitation dans l'Hexagone peu après celle en Union soviétique, furent à nouveaux exposées en France dans la dernière décennie du 20ème siècle (publiées en VHS chez Citel et diffusées sur Canal J) avec un doublage québécois conçu à partir de la version états-unienne de ces films produite par Phil Roman et Oleg Vidov (Film by Jove).

Doublage
Voix françaises :
Roger Rudelle narrateur
Lita Recio
Auteur : Captain Jack
Le Renard et le Loup - image 1 Le Renard et le Loup - image 2 Le Renard et le Loup - image 3 Le Renard et le Loup - image 4 Le Renard et le Loup - image 5 Le Renard et le Loup - image 6 Le Renard et le Loup - image 7 Le Renard et le Loup - image 8 Le Renard et le Loup - image 9 Le Renard et le Loup - image 10 Le Renard et le Loup - image 11 Le Renard et le Loup - image 12 Le Renard et le Loup - image 13 Le Renard et le Loup - image 14 Le Renard et le Loup - image 15 Le Renard et le Loup - image 16 Le Renard et le Loup - image 17 Le Renard et le Loup - image 18 Le Renard et le Loup - image 19 Le Renard et le Loup - image 20 Le Renard et le Loup - image 21 Le Renard et le Loup - image 22


Lisa i volk © Soyuzmultfilm
Fiche publiée le 12 juin 2019 - Dernière modification le 30 juillet 2019 - Lue 1302 fois