The Five Star Stories

Fiche technique
Nom originalThe Five Star Stories (ファイブスター物語)
OrigineJapon
Année de production1989
ProductionKadokawa Shoten, Sunrise
Durée66 minutes
Auteur mangaMamoru Nagano
RéalisationKazuo Yamazaki
ProductionMasuo Ueda
Producteur exécutifHaruki Kadokawa
ScénariiAkinori Endô
Direction techniqueTakashi Imanishi
AnimationTsukasa Abe, Nobuyoshi Nishimura, Kumiko Takahashi, Satoshi Saga, Kôji Sugiura, Yôko Kadokami, Keiko Shimizu, Yoshiharu Fukushima, Shin'Ichi Sakuma, Masami Ohta, Moriyasu Taniguchi, Kazuaki Môri, Tôru Yoshida (2), Fumiko Kishi, Hiroshi Ôsaka, Masahide Yanagisawa, Takahiro Komori, Masaharu Tomoda, Fujio Oda, Katsunori Kimizuka, Konomi Noguchi, Miyuki Nakano
Chara-DesignNobuteru Yûki
Mecha-DesignMika Akitaka
Direction de l'animationNobuteru Yûki, Hiroaki Motoigi (mecha), Hiroshi Oikawa (assistant), Satoshi Urushihara (assistant), Sadami Morikawa (assistant), Makoto Itô (assistant), Futoshi Fujikawa (assistant), Yutaka Minowa (assistant)
Direction artistiqueToshihide Kaneko
DécorsShûichi Hirata, Tadashi Iwasa, Masumi Nishikawa, Keiko Tamura, Toshiyuki Yoshimura
CouleursKiyoko Imanishi
Direction photographieKatsuji Misawa, Itta Kobayashi
Editions
Sortie en DVD / Blu-ray10 février 2016 (Dybex)
Synopsis

À des milliers d’années-lumière de la Terre se trouve la galaxie du Joker, constituée de quatre étoiles autour desquelles gravitent de nombreuses planètes. Sur Bastogne, deux hommes font connaissance : le premier se nomme Vord Bewlard, un chauffeur routier d’apparence ordinaire, et Ladios Sopp, un jeune homme d’allure androgyne que Vord prend d’abord pour une fille. Ladios est en réalité un talentueux Meister, un concepteur de Mortar Headd (des engins de guerre prenant la forme de robots géants et dont certains sont capables de penser par eux-mêmes). Ces Mortar Headd ne peuvent être pilotés que par un Headd Liner et sa Fatima, un androïde d’apparence généralement féminin conçu à partir d’ADN humain.
Autrefois, Ladios a rencontré trois d’entre-elles : Atropos, Lachesis et Clotho. Les trois Fatima, qui avaient alors l’apparence d’enfants, se sont attachées à Ladios, notamment Lachesis qui désire que Ladios devienne son Meister. En effet, une fois adultes, les Fatima doivent choisir au cours d’une importante cérémonie leur maître et lui rester ensuite fidèle jusqu’à la fin de leur vie.

Commentaires

The Five Star Stories est une création originale du dessinateur Mamoru Nagano. Connu en France pour avoir participé à Brain Powered en tant que mecha designer, il a notamment travaillé sur la série Heavy Metal L-Gaim (inédite en France) où l’on peut déjà reconnaître sa patte graphique. En 1985, il commence la prépublication de The Five Star Stories dans le mensuel Newtype, spécialisé dans l’actualité des mangas et de l’animation japonaise. Le manga de Nagano fut pour beaucoup dans le succès que rencontra Newtype auprès des fans, malgré une parution fréquemment ralentie ou mise en pause. Depuis 1985, seuls 12 tomes ont été édités par Kadokawa et le manga n’est toujours pas terminé à l’heure actuelle !

The Five Star Stories repense le principe du robot géant dans un univers essentiellement inspiré du Moyen-Orient (costumes, architecture, terme de Fatima...). Les allusions mythologiques opposées à des technologies scientifiques pointues évoquent en particulier Yûsha Raideen (inédit chez nous mais dont nous avons eu le remake des années 90), l’un des premiers anime de Super Robot à s’écarter du schéma mis en place par Mazinger Z en donnant une certaine personnalité ainsi qu’une origine mystique au robot. Si au cours des années 80, certains studios comme Sunrise avaient déjà tenté de renouveler le genre en complexifiant l’intrigue ou en la replaçant dans un univers original (par exemple Seisenshi Dunbine, sorti en 1983 au Japon mais jamais vu en France, préfigure Vision d’Escaflowne avec son contexte heroic-fantasy), The Five Star Stories prend cependant davantage de distance avec la tradition du mecha.

Tout d’abord par la prédominance de l’influence mythologique, en particulier dans les noms des personnages. Amaterasu par exemple est à l’origine le nom de la déesse du soleil dans le Japon antique. Dans The Five Star Stories, Amaterasu est représenté sous les traits d’un homme d’allure androgyne, désigné comme le dieu de lumière et ayant créé un Mortar Headd entièrement recouvert d’or. Quant aux trois Fatima principales de l’histoire, elles se nomment respectivement Atropos, Lachesis et Clotho, tout comme les Moires (ou Parques) dans la Mythologie grecque : divinités du Destin, elles tiennent dans leurs mains la vie des hommes. Les symboles ont une grande importance dans le manga de Nagano et le nom des Fatima n’est justement pas anodin au cours de l’histoire.

Le manga se distingue aussi par sa narration atypique : prévue en trois parties étalées chacune sur plusieurs chapitres, l’histoire de The Five Star Stories ne se focalise pas sur un unique héros. Ainsi, si dans la première partie, le tome 1 a pour protagonistes Amaterasu, le dieu de la lumière (personnage issu de la mythologie japonaise où il est représenté comme une déesse et non une divinité masculine) et la Fatima Lachesis, les deuxième et troisième tomes se concentrent sur la Fatima Clotho. Par la suite, le manga complexifie davantage sa narration, faisant intervenir de nouveaux personnages importants pour la compréhension du récit et utilisant de nombreux retours en arrière dans le temps.

Face à une parution ambivalente et une narration parfois difficile à suivre, aucune adaptation animée ne vit le jour, à l’exception du film dont il est question dans cette fiche. Réalisé par la Kadokawa déjà éditeur du manga original, ce film d’une durée de seulement une heure sort en mars 1989 dans les salles japonaises. L’histoire du film ne reprend que le premier volume et se focalise principalement sur la rencontre puis la relation amoureuse entre Lachesis et Amaterasu, représenté ici sous sa forme humaine Ladios Sopp. Même les Mortar Head ne sont pas vraiment mis en avant et le Knight of Gold d’Amaterasu n’apparaît d’ailleurs qu’à la toute fin du film. De l’aveu même du réalisateur Kazuo Yamazaki (Réincarnations, Lamu), il fut très difficile de trouver un compromis : lorsqu’il commença à lire le manga peu avant l’écriture du scénario, il eut beaucoup de mal à suivre le fil de l’histoire, d’où ce choix de simplifier l’intrigue au maximum pour la rendre plus compréhensible vis-à-vis du grand public. Pour mettre en image le trait original de Nagano, on fit appel à un jeune chara-designer plutôt prometteur, un certain Nobuteru Yûki. Aujourd’hui connu pour ses travaux sur Vision d’Escaflowne (la série et le film), les Chroniques de la guerre de Lodoss ou encore Captain Herlock – The Endless Odyssey, il avait jusqu’à présent collaboré à des anime un peu obscurs, notamment Angel Cop. Sa participation à The Five Star Stories le fit sans doute remarquer auprès des studios Madhouse puisqu'il œuvrera l’année suivante sur les OAV de Lodoss.

Si au Japon The Five Star Stories, malgré une parution chaotique, est longtemps resté une œuvre culte, en France le titre est très méconnu des fans de mangas, et pour cause puisqu’il a fallu attendre mars 2016 pour que le film connaisse enfin une édition DVD/Blu-Ray chez Dybex. Malgré un scénario ne représentant que partiellement le contenu du manga et une réalisation qui a quand même un peu vieilli, cette adaptation n’en demeure pas moins une référence dans l’animation japonaise et mérite d’être davantage connu des fans d’anime.

Auteur : veggie 11
The Five Star Stories - image 1 The Five Star Stories - image 2 The Five Star Stories - image 3 The Five Star Stories - image 4 The Five Star Stories - image 5 The Five Star Stories - image 6 The Five Star Stories - image 7 The Five Star Stories - image 8 The Five Star Stories - image 9 The Five Star Stories - image 10 The Five Star Stories - image 11 The Five Star Stories - image 12 The Five Star Stories - image 13 The Five Star Stories - image 14 The Five Star Stories - image 15 The Five Star Stories - image 16 The Five Star Stories - image 17


The Five Star Stories © Mamoru Nagano / Kadokawa Shoten, Sunrise
Fiche publiée le 21 mai 2016 - Dernière modification le 18 janvier 2017 - Lue 1572 fois