La Chorale

Fiche technique
Nom originalFurusato Japan (ふるさと-JAPAN)
Japon, notre enfance
OrigineJapon
Année de production2007
ProductionWao Corporation
Durée96 minutes
AuteurAkio Nishizawa
RéalisationAkio Nishizawa
Assistant-réalisationMasakatsu Iijima
Producteur exécutifMasahiro Murakami
ScénariiAkio Nishizawa
Story-boardsKeiichiro Furuya
PlanningMasae Nishizawa
Chara-DesignHiroshi Kugimiya
Direction de l'animationTakeshi Itô, Hiroaki Noguchi, Futoshi Higashide, Satoshi Hirayama, Masaya Yasutome, Makoto Yoshizaki
Superv. en chef de l'anim.Hiroshi Kugimiya
Direction artistiqueTadashi Kudo
CouleursYuko Kanamaru
Direction photographieMitsunobu Yoshida
MusiquesMakoto Kuriya
Adaptation françaiseMatthias Delobel
Direction de doublageMarie Diot
Diffusions
1ère diff. Cable/Sat/TNT1er décembre 2010 (KZTV)
Rediffusions24 décembre 2010 au 5 janvier 2013 (KZTV)
Editions
Sortie en DVD3 septembre 2008 (Kaze)
Synopsis

En 1956, le Japon se remet doucement de sa terrible défaite contre les Américains lors de la seconde guerre mondiale. Dans une école située dans un quartier pauvre de Tokyô, une enseignante, Melle Sakamoto, est engagée pour donner des cours de chant aux enfants. Dans le même temps, une nouvelle élève, Shizu, qui a étudié le chant et le piano, arrive dans l’établissement. Celle-ci fait l’admiration de ses camarades grâce à la pureté du timbre de sa voix et à sa technique de chant. Bientôt, Melle Sakamoto choisit quelques élèves de CM2 dont Akira, un élève très sérieux, et évidemment Shizu, pour monter une chorale qui se présentera à la fin de l’année scolaire à un concours de chant. Mais lorsque les commerçants du quartier se rendent compte que certains élèves - dont Akira - commettent des vols à la tire, ceux-ci sont punis par le corps enseignant qui arrête les activités extrascolaires et leur interdit de participer au concours. Melle Sakamoto tente bien de s’opposer à cette interdiction mais en vain.
Quelques temps plus tard, un drame épouvantable (que l’on ne dévoilera pas ici) vient frapper durement les élèves déjà peinés par l’annulation de leur participation au concours. Mais ce drame va paradoxalement donner la force à Akira et à ses amis de pousser les enseignants à changer d’avis et à leur laisser réaliser leur rêve...

Commentaires

Ce long-métrage peu connu est la deuxième réalisation de Akio Nishizawa après Nitaboh, film de 2004 sorti de manière très confidentielle chez nous via l'éditeur Asiexpo vidéo et qui raconte la vie du fondateur du tsugaru shamisen, un style de musique japonaise folklorique. Ces deux productions (ainsi que quelques autres réalisées plus tard pour le cinéma et la télévision) ont été financées par WAO Corporation, une organisation regroupant des écoles privées, qui cherche à faire passer des messages éducatifs au travers de l’animation. Il s’agit en l’occurrence de messages visant à faire prendre conscience aux enfants de l’importance de préserver la culture et les traditions (représentées ici par les vieilles chansons) de leur pays mais aussi de leur chance de vivre dans une société politiquement et économiquement stable.

Il est intéressant de noter que Akio Nishizawa n’est pas issu du monde de l’animation ni du cinéma car il est enseignant ! La Chorale (Furusato Japan en VO, ce qui signifie "Japon, notre enfance"), a une part autobiographique de la part du réalisateur car ce dernier a lui-même vécu dans un faubourg de Tokyô et a quitté le CM2 en 1956. Cette date correspond aussi à l’entrée du Japon au sein de l’ONU, symbole pour certains Japonais du moment où le pays s’est occidentalisé et a commencé à perdre ses valeurs. Le film est donc clairement conservateur même si cet aspect est suffisamment mesuré pour ne pas gêner le visionnage par un occidental justement. Il est d’ailleurs ironique qu’il ait été présenté en premier lieu non pas au Japon mais en France, au Festival de Cinéma Asiatique de Lyon où il a reçu le prix du public.

Contrairement à ce que le titre français laisse penser, la chanson n’est pas le thème principal du titre, il est surtout un prétexte pour raconter une belle histoire se passant dans le Japon des années 50. Celui-ci est d’ailleurs très bien représenté au travers de certaines anecdotes qui montrent la vie des Japonais à cette époque où la télévision et le téléphone étaient des objets luxueux. N’ayant manifestement pas bénéficié d’un gros budget, le film pêche au niveau des dessins des personnages ou de l’animation très limitée mais se rattrape au niveau de la musique et des chansons qui sont de qualité. L’histoire, bien qu’assez classique, recèle également quelques beaux moments.

Doublage
Voix françaises (Studio Soundfactor) :
Céline MelloulAkira
Jean-Marco MontaltoM. Akiyama, le père d'Akira
Nayéli ForestShizu, Kazuko
Marie DiotMelle Sakamoto, Yayoi, Binocle (Hakase)
Yannick BlivetTeru
Cyrille MongeM. Takii
Armand BlüShimazu
Claudine GremyKimiyo, Hikaru, mère d'Akira
Xavier ThiamKaneko
Philippe ValmontGon, M. Ikeno
Jean-Yves BrignonM. Mizuno, voix-off début
Auteur : Arachnée
La Chorale - image 1 La Chorale - image 2 La Chorale - image 3 La Chorale - image 4 La Chorale - image 5 La Chorale - image 6 La Chorale - image 7 La Chorale - image 8 La Chorale - image 9 La Chorale - image 10 La Chorale - image 11 La Chorale - image 12 La Chorale - image 13 La Chorale - image 14 La Chorale - image 15 La Chorale - image 16


Furusato Japan © Akio Nishizawa / Wao Corporation
Fiche publiée le 18 novembre 2014 - Dernière modification le 06 décembre 2015 - Lue 2297 fois