Urotsukidôji  La légende du démon

Fiche technique
Nom originalChôjin Densetsu Urotsukidôji (超神伝説うろつき童子)
La légende du super Dieu, l'enfant vagabond
OrigineJapon
Année de production1986
ProductionWest Cape Corporation
AnimationMu Animation Studio, Phoenix
Nombre d'épisodes2 films d'1h30 environ + 2 séries d'OAV
Auteur mangaToshio Maeda
RéalisationHideki Takayama
ProductionYasuhito Yamaki
Producteur exécutifYoshinobu Nishizaki
SupervisionEiichi Yamamoto
ScénariiShô Aikawa
Story-boardsHideki Takayama, Akihiko Yamashita, Atsushi Yamagata, Hidetoshi Omori
PlanningHiromi Chiba, Yoshinobu Nishizaki
Chara-DesignShiro Kasami, Eitaro Tuno, Akihiko Yamashita, Atsushi Yamagata
DesignMasami Ozone (monstres), Atsushi Yamagata
Direction de l'animationHidetoshi Omori, Shiro Kasami, Eitaro Tuno, Masami Ozone, Kaoru Washida
Direction artistiqueShigemi Ikeda
Direction photographieNobuyuki Sugaya, Akihiko Takahashi, Shigeo Kamiyama, Susumu Yamakawa
MusiquesMasamichi Amano
Adaptation françaisePierre Valmy
Direction de doublagePierre Valmy
Diffusions
1ère diffusion hertzienne1998 (Canal+)
Editions
Sortie en VHSjanvier 1995 (Manga Vidéo)
Sortie en DVD5 décembre 2001 (Manga Vidéo)
Sortie en Laser Disc1996 (Manga Vidéo)
Synopsis

Notre monde n'est pas tout à fait comme l'on croit. Il existe en réalité trois mondes, trois réalités qui coexistent, sans que les hommes le sachent : Notre univers (celui des humains), celui des démons (les Makai)... et enfin celui des hommes-bêtes, les Jyujinkai.
Une légende dit que tous les 3000 ans, un être d'une puissance terrifiante, le Chôjin, se réincarnera et arrivera sur Terre pour unifier ces trois mondes pour qu'ils n'en fassent plus qu'un. Le jour de la venue du Chôjin est toute proche et c'est dans le but de l'identifier et l'observer qu'Amano Jiaku et sa soeur Megumi, du royaume des Jyujinkai, accompagnés de leur petite mascotte Kuroko, ont infiltré depuis longtemps le monde des hommes à sa recherche... Mais qui peut bien être le Chôjin ?

La légende du démon / OAV 1, 2, 3 : Film 1
A la recherche du Chôjin, Amano est persuadé que celui-ci ne peut être en réalité qu'Osaki, le jeune basketteur dont toutes les filles du lycée sont folles. En même temps, Megumi pense plutôt qu'il s'agit de Nagumo, un jeune lycéen obsédé, maladroit et un peu benêt, qui est amoureux de la jolie Akemi. Hélas, les Makai sont aussi à la recherche du Chôjin, mais pour une raison encore inconnue, ils font tout pour empêcher sa venue, refusant l'unification des trois mondes. Ils entrent donc en guerre contre Amano...
L'âme du Chôjin ne peut se révéler que lorsqu'il s'adonne à l'acte sexuel avec une jeune fille, et il s'avère bien vite que la réincarnation du monstre n'est autre que Nagumo, et non Osaki, tué entre-temps indirectement par Amano. La métamorphose terrifiante de Nagumo en démon gigantesque et son entreprise à subitement tout détruire, intriguent au plus haut point Amano : et si la légende avait mal été interprétée ? Et si le Chôjin ne venait pas purifier et unir les trois mondes, mais les détruire dans un bain de sang, de violence et de luxure ?
Très vite, une course pour découvrir la vérité s'engage entre Amano et les Makai. Ces derniers usent de tous les stratagèmes, manipulant et transformant par exemple Niki, le rival de Nagumo lui aussi amoureux d'Akemi, en créature meurtrière et sûre d'elle ou en envoyant Suikakujû, vieil ennemi d'Amano, qui semble en savoir beaucoup sur le Chôjin... Le combat s'annonce impitoyable, d'autant que Nagumo panique à la découverte de ce qui sommeille en lui au moment où Akemi s'offre enfin à lui...

L'enfant errant / OAV 4, 5 : Film 2
S'il existe un "dieu suprême", le Chôjin... alors il doit exister aussi un "démon roi" (le Kyô-Ô). Myunihausen Jr, un être inquiétant et aux pouvoirs étranges, fils d'un haut dignitaire nazi qui en savait beaucoup sur la légende du Chôjin, est persuadé de cela.
Mettant à sa botte le démon Kohôki, "amoureux" de Megumi, la femme animale, et manipulant puis domptant Takeaki, le cousin de Nagumo, il va tout faire pour se mettre sur la piste de Kyô-Ô et s'en servir afin de détruire le Chôjin. L'ambition de Myunihausen Jr est clairement de régner sur le monde sans partage comme équivalant d'un Dieu, après avoir détruit la légende...
Takeaki devenu son esclave et se muant en un monstre meurtrier, il est prêt de la victoire, mais c'est compter sans Amano et sa détermination ! Le jeune homme-animal compte bien savoir ce que la légende du Chôjin annonce véritablement et a juré de protéger Akemi et Nagumo de tous les dangers... Mais à quel prix ?

Commentaires

Urotsukidôji est en fait une oeuvre controversée et glauque, tirée d'un manga de Toshio Maeda, très connu pour mélanger violence, horreur et sexe dans ses réalisations. Si nous connaissons surtout ce titre grâce aux deux films sortis à l'époque en VHS (au milieu des années 90) chez Manga Vidéo, il est important de souligner qu'Urotsukidôji est en fait en premier lieu une série d'OAV (dessins animés réalisés pour le marché de la vidéo) déclinées en plusieurs chapitres.
Les deux premiers films sont d'ailleurs en fait des compilations censurées (en VF) des 5 premières OAV de la saga.

Urotsukidôji se décompose en 4 chapitres qui forment en tout 12 OAV. En voici le détail :

Urotsukidôji 1 : épisodes 1 à 3
Ces 3 OAV forment le début de la saga (et pourraient d'ailleurs se suffire à elles seules. Elles ont été rassemblées en un film, celui que nous connaissons, sous le titre de "Urotsukidôji, la légende du démon".
Urotsukidôji 2 : épisodes 4 et 5
Complexes à situer dans la chronologie, ces deux OAV ont aussi été compilées sous forme d'un deuxième film, aussi publié en France chez Manga Vidéo ("Urotsukidôji 2, l'enfant errant"). Mettant en scène pour la première fois le très important personnage de Myunihausen Jr, cette aventure n'est pas réellement la suite du premier film. Il s'agit plutôt d'une saga annexe, qui, pour la majorité des fans, serait à voir après l'OAV 1 (soit après la première partie du film, après la première métamorphose de Nagumo.)
Urotsukidôji 3 : épisodes 6, 7, 8 et 9
Changement de staff et de style graphique pour ces OAV, qui sont sorties en France en vidéo uniquement, avec de nouvelles voix. L'action prend place 20 ans après les évènements du premier film. On apprend que le véritable Chôjin sera en fait l'enfant d'Akemi et de Nagumo, et que ce dernier a pris sa forme de monstre pour préparer le terrain et la venue de son fils. Amano doit veiller à ce que tout se passe bien, mais il va être confronté à l'empire de Caesar, un être abject qui, accompagné de Myunihausen Jr, toujours vivant et cybernétisé (il s'appelle Faust dans ces épisodes), souhaite ramener à la vie Kyô-Ô pour détruire le Chôjin et s'ériger en Dieu. Amano livre donc un nouveau combat plein de mystères et de rebondissements, aidé en cela par l'horrible Buju.
Urotsukidôji 4 : épisodes 10, 11 et 12
Une fin un peu expéditive à la saga. Après une aventure étrange face à des enfants qui ont réduit des adultes en esclaves, Amano, Buju et leurs amis vont devoir affronter une dernière fois Myunihausen Jr, qui a survécu et est plus déterminé que jamais. Il sera temps enfin de voir quel destin le Chôjin a réservé aux trois mondes... A noter que la fin de cette dernière OAV aurait dû être différente, puisqu'il était prévu que le Chôjin montré était un Makai, ce qui fut finalement changé dans la version finale.

Placé en ligne de mire des détracteurs d'alors de la Japanime, Urotsukidôji a fait beaucoup parler de lui, présenté comme une oeuvre immonde et malsaine par beaucoup, y compris par nombre de fans d'animation, qui ont reproché à ce titre de donner matière à ceux qui ne voyaient dans les dessins animés japonais que sexe ou violence. Pourtant, si on s'en tient au premier film, l'histoire tient la route et ses nombreux mystères arrivent à tenir en haleine, avec cette vision originale de l'apocalypse, de Dieu ou de l'Armaggedon. Malheureusement, les nombreuses scènes strictement réservées aux adultes (outre des moments gores à ne pas montrer à n'importe qui, ce sont surtout certaines scènes d'actes sexuels qui sont ignobles, avec les fameux "monstres à tentacules") ont joué contre lui.
Malgré tout, et peut-être parce qu'il fut le premier titre d'un genre très spécial de l'animation japonaise à être proposé chez nous en vidéo, Urotsukidôji garde encore aujourd'hui une aura particulière et un parfum de controverse, où chacun pourra avoir un avis personnel.
A noter qu'un Urotsukidôji 5 aurait dû être réalisé, mais le projet fut avorté. Les DVD français sortis depuis proposent la VF censurée des films, mais aussi la version japonaise intégrale (le montage y est très différent et les scènes explicites beaucoup plus nombreuses ou... détaillées.) Enfin on notera une VF plutôt bonne, mais souvent vulgaire, ce qui peut choquer aussi au vu de la présence de comédiens prestigieux qu'on n'avait pas l'habitude d'entendre dans une oeuvre de ce type.

Doublage
Voix françaises (Studio S.T.A.R.T.) :
La légende du démon
Thierry BourdonNagumo
William CorynAmano Jiaku
Clothilde LobjoyMegumi, chef des jeunes filles perverses
Nathalie RegnierAkemi
Mark LesserKuroko, Niki
Michel Tugot-DorisNarrateur, Suikakujû, Kohôki (film 2), Myunihausen Sr (film 2)
Yves-Marie GilbertLe Vieux Maître
Emmanuel FouquetOsaki
Malvina GermainTogami (version femme), Mère de Nagumo, Mimi (film 2)
Michel RoyTogami (version monstre), Satsuki (monstre en imperméable)
Joseph FalcucciChôjin (voix masculine)
L'enfant errant
Emmanuel KarsenTakeaki
Marie-Christine RobertMegumi
Christian PélissierMyunihausen Jr
Maria TamarMère de Takeaki, Gouvernante de Myunihausen Jr
Christian VisinePère de Takeaki
Yves-Marie MaurinL'accidenté de la route
Auteur : Kahlone
Doublage : Kahlone
Urotsukidôji - image 1 Urotsukidôji - image 2 Urotsukidôji - image 3 Urotsukidôji - image 4 Urotsukidôji - image 5 Urotsukidôji - image 6 Urotsukidôji - image 7 Urotsukidôji - image 8 Urotsukidôji - image 9 Urotsukidôji - image 10 Urotsukidôji - image 11 Urotsukidôji - image 12 Urotsukidôji - image 13 Urotsukidôji - image 14 Urotsukidôji - image 15 Urotsukidôji - image 16 Urotsukidôji - image 17 Urotsukidôji - image 18 Urotsukidôji - image 19 Urotsukidôji - image 20


Chôjin Densetsu Urotsukidôji © Toshio Maeda / West Cape Corporation
Fiche publiée le 05 septembre 2007 - Dernière modification le 18 juin 2016 - Lue 23587 fois