Uchû Senkan Yamato (série 1)

(inédit)
Fiche technique
Nom originalUchû Senkan Yamato (宇宙戦艦ヤマト)
Le cuirassé de l'espace Yamato
OrigineJapon
Année de production1974-1975
ProductionOffice Academy, Yomiuri TV
AnimationGroup TAC
Nombre d'épisodes26
AuteurYoshinobu Nishizaki
ConceptionLeiji Matsumoto
RéalisationLeiji Matsumoto
ProductionYoshinobu Nishizaki
ScénariiKeisuke Fujikawa, Maru Tamura, Eiichi Yamamoto
Direction techniqueNoboru Ishiguro, ...
PlanningYoshinobu Nishizaki
Chara-DesignNobuhiro Okaseko
Mecha-DesignLeiji Matsumoto, Studio Nue
Direction artistiqueHachirô Tsukima
Direction de l'écritureToshio Masuda (2), Yoshinobu Nishizaki, Eiichi Yamamoto
MusiquesYasushi Miyagawa
Gén. VO interpreté parIsao Sasaki, Royal Knights (choeurs)
Développement Aritsune Toyota
 
» Staff étendu
Synopsis

Nous sommes en 2199. Depuis huit ans, la Terre est engagée dans un conflit dévastateur avec l’empire Gamilas. Cette lointaine planète domine déjà une bonne partie de la galaxie et oblige les populations vaincues à intégrer leur société tout en les restreignant au rôle de subalterne. À sa tête, l’empereur Dessler, un homme réputé pour son caractère intransigeant. Bombardée de météorites radioactives envoyées par l’ennemi, la Terre se trouve au bord de l’extinction et les habitants ont dû se réfugier dans des villes souterraines.
Alors que la seconde bataille de Mars fait rage, deux jeunes stagiaires de l’armée, Susumu Kodai et Daisuke Shima, sont chargés d’aller inspecter un vaisseau spatial qui vient justement de s’écraser sur la planète rouge. À l’intérieur, ils trouvent le corps sans vie d’une femme et un message envoyé d’Iskandar, une planète située dans le Grand Nuage de Magellan. Dans ce message, Starsha, la sœur aînée de l’inconnue, s’adresse aux Terriens et leur annonce que leur planète s’éteindra d’ici un an, à moins qu’un équipage parvienne à rejoindre Iskandar pour récupérer le Cosmo Reverse System, qui permettrait à la Terre de retrouver son aspect originel.

Un projet d’expédition est donc mis en place, menée par le commandant vétéran Juzô Okita. Le choix du vaisseau spatial se porte sur le Yamato, un ancien cuirassé de la Seconde guerre mondiale coulé par les Américains et désormais abandonné au milieu d’une mer asséchée. Reconstruit en navire spatial, il devient désormais symbole d’espoir pour la Terre. La dernière bataille ayant conduit à de nombreuses pertes dans les effectifs humains (dont le frère aîné de Susumu Kodai), plusieurs jeunes novices sont alors intégrés à l’équipage, y compris nos deux jeunes gens (sur un prétexte assez farfelu). Kodai se retrouve ainsi au poste de chef tacticien et Shima au poste de chef navigateur ; bien que bénéficiant d’excellentes compétences dans leurs domaines respectifs, ils vont devoir faire leurs preuves durant ce voyage de la dernière chance. Pourtant, les deux jeunes gens ont des motivations très différentes pour cette expédition : enfant, Kodai avait perdu ses parents durant les premiers bombardements et il accepte mal la mort de son frère, d’autant qu’il juge Okita responsable de sa disparition ; cette mission et donc pour lui avant tout un moyen de se venger de Gamilas. Quant à Shima, il agit essentiellement pour protéger sa famille. Aux côtés de ce duo gravite également Yuki Mori, une jeune femme aux fonctions multiples qui attire très vite l’intérêt de Kodai.
C’est le début d’un long voyage à travers la galaxie, ponctuée d’attaques meurtrières et d’obstacles qu’ils tenteront de repousser grâce à une foi quasiment patriotique.

Commentaires

La saga animée Uchû Senkan Yamato est un monument au Japon qui connut son heure de gloire durant les années 70-80. De cette histoire de voyage spatial pour la survie de la Terre vont découler 3 séries TV, 4 films et un téléfilm (parfois confondu comme le 3e film). Pourtant, à l'instar de Gundam, la reconnaissance ne fut pas immédiate. À l’origine du projet Yamato, un homme : Yoshinobu Nishizaki, producteur controversé, ancien directeur général auprès de Mushi Production, qu'il quitta après un conflit avec Osamu Tezuka. Nishizaki s'était en effet attribué la paternité exclusive d'Umi no Triton et Wansa-kun, pourtant issus de l’œuvre du mangaka.
En 1973, alors que Mushi se retrouve en difficulté financière, Nishizaki fonde sa propre compagnie de production, Academy Co., et lance un nouveau projet de série SF avec l’aide du scénariste Keisuke Fujikawa et l’écrivain de science-fiction Aritsune Toyota. Ce sera Uchû Senkan Yamato. Dès juillet 1973, le réalisateur attitré du projet, Eiichi Yamamoto, achève un premier guide explicatif de 45 pages dans le but d’attirer l’intérêt des producteurs et trouver un financement. Le projet initial rappelle déjà sur certains points ce que deviendra le scénario de Yamato : une Terre polluée par les radiations, envahie par un peuple extraterrestre, et qui finalement trouve son salut dans un message envoyé d’une lointaine planète, Iskandar. Les designs du vaisseau et des personnages sont cependant très différents : le Yamato par exemple est présenté comme un vaisseau encastré dans un immense rocher !
Les premières tentatives pour trouver des financements n'aboutissent pas et en avril 1974, Nishizaki appelle à la rescousse à Leiji Matsumoto (futur créateur de Albator le corsaire de l'espace et Galaxy Express 999). À l'époque, Matsumoto n’a pas encore la renommée qu’on lui connaît de nos jours et c’est la première fois qu'il collabore à un projet d’animation. Cinq mois avant la diffusion de la série, en mai 1974, le dessinateur propose un nouveau projet en remaniant entièrement les designs du vaisseau (exit le ''Yamato-rocher'' des premières esquisses) et les personnages, beaucoup plus proches de son style graphique. La participation de Matsumoto et son apport au projet restent à ce jour source de différends entre lui et les ayant-droits actuels, mais il est certain que le dessinateur s’est énormément investi dans le concept final, tant au niveau du design que du scénario (dans une interview, il explique notamment que c’est lui qui a proposé Gamilas pour le nom des antagonistes). Le choix de prénommer le héros Susumu viendrait du prénom d’un jeune frère de Matsumoto.
Finalement, à l’été 1974, l'animation de la série débute au studio Group Tac. Le projet prévoit alors une série animée de 39 épisodes avec de nombreuses planètes visitées et une mutinerie au sein de l'équipage. Des adaptations de l’histoire en roman et en manga sont proposées dès le mois d’octobre, en même temps que la diffusion de la série. Néanmoins, en dépit (ou peut-être à cause ?) de son ambiance assez novatrice pour l'époque (certains épisodes annoncent déjà Galaxy Express 999), les audiences ne suivent pas. Les spectateurs se passionnent alors pour les aventures d'une petite fille des Alpes prénommée... Heidi, diffusée à la même heure sur une chaîne concurrente. Devant le manque de succès, le studio réagit en ramenant le nombre d'épisodes à 26, obligeant le staff à condenser l'histoire et à faire l'impasse sur plusieurs idées prévues dans le scénario.

Après l'échec de cette première série, Nishizaki ne renonce pas pour autant et décide de recycler les épisodes en un long-métrage qui mise davantage sur l'action et les combats. Si l'on perd l'aspect humain de la version TV, l'histoire du film réduisant trop les personnages à leur fonction militaire, celui-ci obtient l'engouement du public, à la surprise générale. Le film dépassera même le succès de Star Wars au box-office japonais ! Cette performance amène Nishizaki à mettre en place un deuxième film censé conclure l'histoire de la 1ère série : Saraba Uchû Senkan Yamato. Finalement, devant la popularité de ce nouveau film, la production lance une deuxième série TV, Uchû Senkan Yamato 2, développant l'histoire centrale du deuxième film (avec une fin largement moins dramatique que celle du film). L’engouement contribuera à la création des premiers clubs dédiés aux passionnés de l’animation japonaise et les séries seront notamment exportées aux États-Unis (sous le nom Star Blazers) et en Italie. À la même époque, la France préférera miser sur Albator, le corsaire de l’espace avec le succès qu’on lui connaît. Le phénomène Yamato ne se démentira pas jusqu'au quatrième film, Final Yamato, sorti dans les salles japonaises en 1983 et qui met un terme définitif à la saga du vaisseau spatial.

Durant la décennie suivante, Nishizaki caresse pourtant le désir de relancer la licence. En 1995 sortent les OAV de Yamato 2520 qui se passent dans un futur lointain avec de nouveaux personnages et un vaisseau spatial entièrement redesigné par Syd Mead (designer sur Star Trek, Tron, Blade Runner...). Mais ce retour est éphémère : la mayonnaise ne prend pas et sur 8 épisodes prévus, seuls 3 sortiront en VHS. Nishizaki, en plus d'accusations concernant des affaires de trafic d'armes à partir de 1998, se retrouve également devant la justice face à Leiji Matsumoto concernant la paternité de la série. Après plusieurs procès, les droits sont finalement récupérés par la société Tohokushinsha Film Corporation en 2003. Tohokushinsa accepte ensuite de collaborer avec Nishizaki pour relancer Yamato. Ce dernier entame la production d'une trilogie de films se déroulant une vingtaine d'années après la fin du quatrième film. Yamato Fukkatsu-hen sort au cinéma en 2009 au Japon et bénéficie même d'un scénario écrit par le maire de Tokyo en personne ! Néanmoins le succès ne sera pas au rendez-vous et ce premier film sera aussi le dernier. Cet échec commercial ainsi que le décès brutal de Nishizaki l'année suivante, retrouvé noyé dans sa piscine, mettront un terme au projet.

Cependant, le Japon n'en aura pas fini avec Yamato ! Dès 2010, en dépit du décès de son créateur/producteur, le vaisseau fait son retour sur les écrans avec une adaptation live réadaptant la première série ; ce film édité chez Wild Side Video sera pendant longtemps la seule trace de Yamato en France si l'on excepte les traductions des mangas d'Akira Hio (en 2012 chez Clair de Lune) et de Leiji Matsumoto (en 2015 chez Black Box), ce dernier étant même présenté par l'éditeur comme la ''vraie version'' de Yamato alors qu'on l'a vu, la version d'origine reste bel et bien l'anime. Finalement un reboot voit le jour en 2012 : Uchû Senkan Yamato 2199. Il a été diffusé en streaming en France et a également été édité en vidéo chez Dybex sous le titre Space Battleship Yamato 2199. Le succès ayant été au rendez-vous, deux films sortiront en 2014, bientôt suivis d'une suite en 2017, Uchû Senkan Yamato 2202 : Ai no Senshi-tachi.
En 2024, pour les 50 ans de la licence, plusieurs projets sont annoncés, dont un auquel devrait participer Hideaki Anno (Evangelion).

Liste des épisodes
01. SOS chikyû!! Yomigaere uchû senkan Yamato (SOS Terre !! Le cuirassé spatial Yamato revit)
02. Gôhô ichi hatsu!! Uchû senkan Yamato shidô!! (Un coup de pistolet lance le signal !! Le cuirassé spatial Yamato s'envole)
03. Yamato hasshin!! 29 man 6 sen kônen e no chôsen!! (Le Yamato s'élance !! Le défi à 296 000 années-lumière !!)
04. Kyôi no sekai!! Kô o tobikoe ta Yamato (Un monde d'émerveillement !! Le Yamato a dépassé la vitesse de la lumière !!)
05. Fuyû tairiku dasshutsu!! Kiki o yobu hadô hô! (Évadez-vous du continent flottant !! Le canon à mouvement ondulatoire provoque une crise !!)
06. Hyôgen ni nemuru uchû kuchiku kan yuki kaze! (Le destroyer spatial Yukikaze se repose dans la banquise !)
07. Yamato unmei no yôsai kôrya ku sen!! (Le Yamato coule !! Bataille pour capturer la forteresse du destin !!)
08. Kesshi no Yamato!! Hansha eisei hô gekiha seyo!! (Le Yamato est désespéré !! Détruisez le canon satellite réfléchissant !!)
09. Kaiten bôgyo!! Asuteroido beruto!! (Défense rotative !! La ceinture d'astéroïdes !!)
10. Saraba taiyô ken! Ginga yori ai o kome te!! (Adieu système solaire !! Avec l’amour de la galaxie !!)
11. Ketsudan!! Gamirasu zettai bôei sen totsunyû!! (La décision !! Garmillas entre résolument dans la ligne de défense)
12. Zettaizetsumei!! Orion no negai boshi, jigoku boshi (Situation désespérée ! L'étoile des souhaits d'Orion, l'étoile de l'enfer)
13. Isoge Yamato!! Chikyû wa yan de iru!! (Dépêche-toi Yamato !! La terre est mourante !!)
14. Ginga no shiren!! Seireki 2200 nen no hasshin!! (Essai Galactique !! Lancement en 2200 après JC !!)
15. Hisshi no tôbô!! I jigen no Yamato (Évasion désespérée !! Le Yamato dans une autre dimension !!)
16. Bîmera boshi, chika rô no shikei shû!! (L'étoile Beemera : Prisonniers du couloir de la mort dans le donjon !)
17. Totsugeki!! Baranodon tokkôtai (A l'attaque !! L'équipe offensive spéciale Balanodon !)
18. Ukabu yôsai tô!! Tatta ni nin no kesshi tai!! (Une île-forteresse flottante ! Deux soldats bravent le désespoir !!)
19. Uchû no bôkyô!! Haha no namida wa waga namida (La nostalgie de l'univers ! Les larmes de ma mère sont mes larmes)
20. Baran boshi ni taiyô ga rakka suru hi!! (Le jour où le soleil tombe sur la planète Baran !!)
21. Domeru kantai!! Kesshi no ch?sen jô (Le défi désespéré !! La flotte de Domel !!)
22. Kessen!! Nana shoku seidan no kôbô sen!! (Bataille décisive !! Le combat d'amas d'étoiles aux sept couleurs !!)
23. Tsuini ki ta!! Mazeran seiun hakô shi!! (Enfin l'arrivée ! Les vagues de la Nébuleuse de Magellan montent !)
24. Shitô!! Shin yo gamirasu no tame ni nake!! (Combattez jusqu'à la mort ! Dieu, pleure pour Gamilas !!)
25. Isukandaru!! Horobiyuku ka ai no hoshi yo!! (Iskandar !! Périras-tu, planète de l'amour ?)
26. Chikyû yo!! Yamato wa kaette ki ta!! (La Terre !! Le Yamato est de retour !!)
Auteur : veggie 11
Yamato (<i>série 1</i>) - image 1 Yamato (<i>série 1</i>) - image 2 Yamato (<i>série 1</i>) - image 3 Yamato (<i>série 1</i>) - image 4 Yamato (<i>série 1</i>) - image 5 Yamato (<i>série 1</i>) - image 6 Yamato (<i>série 1</i>) - image 7 Yamato (<i>série 1</i>) - image 8 Yamato (<i>série 1</i>) - image 9 Yamato (<i>série 1</i>) - image 10 Yamato (<i>série 1</i>) - image 11 Yamato (<i>série 1</i>) - image 12 Yamato (<i>série 1</i>) - image 13 Yamato (<i>série 1</i>) - image 14 Yamato (<i>série 1</i>) - image 15 Yamato (<i>série 1</i>) - image 16 Yamato (<i>série 1</i>) - image 17 Yamato (<i>série 1</i>) - image 18


Uchû Senkan Yamato © Yoshinobu Nishizaki / Office Academy, Yomiuri TV
Fiche publiée le 06 avril 2024 - Dernière modification le 08 avril 2024 - Lue 1677 fois