La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres

Fiche technique
Nom originalJustice League: Gods and Monsters
OrigineEtats Unis
Année de production2015
ProductionWarner Bros
AnimationMoi Animation
Durée75 minutes
AuteurAlan Burnett, Bruce Timm
RéalisationSam Liu
ProductionAlan Burnett
Producteur exécutifBruce Timm, Michael E. Uslan, Benjamin Melniker, Sam Register
ScénariiAlan Burnett
Story-boardsChris Rutkowski, Doug Murphy, Eric Canete, Jay Oliva, Lauren Montgomery, Melchior Zwyer, Tim Divar, Jake Castorena, Shaunt Nigoghossian, Seung-Hyun Oh, Christina Sotta
Chara-DesignBruce Timm, James Tucker, Glenn Wong, Shane Glines
MusiquesFrederik Wiedmann
Adaptation françaiseMichel Berdah
Direction de doublageCéline Krief
Editions
Sortie en DVD / Blu-ray23 septembre 2015 (Warner Home Vidéo)
Synopsis

La Ligue des Justiciers est un groupe de super héros employant des méthodes expéditives pour parvenir à leurs fins. Elle est composée de trois membres : Hernan Guerra, alias Superman, un extra terrestre à la force herculéenne et capable de voler, Kirk Langstrom, alias Batman, un vampire qui s'abreuve du sang des bandits qu'il traque et Bekka, alias Wonder Woman, une New God originaire de New Genesis.
Ils s'attaquent à une organisation terroriste menaçant les États-Unis et les massacrent tous. Le carnage auquel se sont livrés les super héros n'enchante guère Steve Trevor, général de l'armée, qui estime qu'ils n'avaient pas à provoquer un tel bain de sang et Superman lui répond du tac au tac que ces terroristes ne feront plus de mal à personne et que leurs exploits enchanteront Amanda Waller, la présidente.
Les actions brutales et sanguinaires de la Ligue des Justiciers divisent l'opinion publique et bon nombre de citoyens manifestent contre leurs exactions.

Quelques jours plus tard, trois scientifiques de renom se font assassiner : Victor Fries, dont tout le sang fut aspiré par son meurtrier, Ray Palmer, qui fut coupé en deux par une arme tranchante et enfin Silas Stone, qui fut brûlé vif avec son fils Victor par des rayons thermiques. Les soupçons se portent alors sur Superman, Wonder Woman et Batman. Superman est conscient qu'ils sont tous trois victimes d'une machination et veut tout mettre en œuvre pour mettre la main sur l'instigateur de ce complot...

Commentaires

A l’origine, Bruce Timm voulait réaliser une nouvelle série d’animation de La Ligue des Justiciers qui soit plus sombre que celle de 2001, cependant, le président de la Warner Bros avait déclaré qu’il était hors de question de refaire un dessin animé qui soit trop proche du premier. Il lui suggéra d’en faire une nouvelle version apportant de nombreuses innovations ce qui galvanisa la motivation de Bruce Timm dans le projet.
Celui-ci devint en fin de compte un long métrage d’animation direct to vidéo déconseillé aux moins de treize ans, lui permettant de s’affranchir des contraintes de censure télévisuelle des programmes pour enfants.
Il avait observé le remaniement auquel s’était livré DC Comics avec les New 52 (toutes les séries de super héros DC redémarrèrent au premier numéro en 2011 dans un nouvel univers), cependant il constata que les changements étaient en majorité mineurs et concernait surtout l’esthétique des costumes des personnages.
Le look des trois super héros a été revu de A à Z, toutefois certains éléments de leur design évoquent leur apparence classique. Ainsi le manteau que porte Superman dans ce film évoque la célèbre cape de sa version « normale ».

Avec La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres Timm souhaitait réinventer les protagonistes en profondeur pour mieux surprendre les spectateurs. Par ailleurs, il changea l’identité civile de Superman, Wonder Woman et Batman qui ne sont plus Clark Kent, Diana Prince et Bruce Wayne de l’univers classique.
Ainsi, si Superman a toujours la même mère, en l’occurrence Lara, il est le fils du général Zod, un tyran qui opprima Krypton et il n’a plus pour père le scientifique Jor-El. De plus, lors de son arrivée sur Terre, il fut recueilli et éduqué par des travailleurs itinérants Mexicains. Pour ce qui est de Wonder Woman, elle n’est plus une Amazone, elle est Bekka, une New God de la planète New Genesis et fille de High Father souverain de celle ci.
Enfin Batman est ici le scientifique Kirk Langstrom (qui, dans l’univers classique est Man Bat, un scientifique qui se transforme en homme chauve souris géant) transformé en vampire suite à une expérience qui a mal tourné.

Bruce Timm et Alan Burnett eurent beaucoup de difficultés à concevoir l’intrigue du film et Geoff Johns, qui était le directeur de DC Comics, leur prêta main forte pour élaborer un tableau réunissant l’ensemble de leurs idées, ce qui permit enfin au scénario de prendre forme.
L’objectif de l’ensemble de l’équipe ayant œuvré sur le film était de repousser les limites des personnages et d’opter pour une vision plus réaliste de ceux-ci. Bruce Timm assimile ses nouvelles versions des membres de la Ligue des Justiciers à des « super policiers » endossant leurs responsabilités et, quand ceux ci sont confrontés à un bandit prenant en otage un civil, il peut et il doit user de sa force pour secourir la personne innocente et neutraliser le criminel.
La trame du long métrage combine intelligemment deux éléments : l’enquête menée par les super héros pour mettre le grappin sur l’individu qui cherche à les discréditer en les faisant passer pour des assassins de civils innocents et les séquences flash-back nous en apprenant davantage sur leur passé et leur vécu.
De plus le récit joue habilement avec les attentes des spectateurs familiers avec l’univers DC : ainsi plusieurs super vilains dans le monde « classique » sont là des personnes honnêtes, tandis que des héros de l’univers originel sont ici des hors la loi. Il y a aussi des personnages ayant sensiblement la même personnalité et exerçant le même métier comme Loïs Lane.

Même un super héros comme Superman est beaucoup plus ambigu, il confie à Wonder Woman qu’il envisageait la possibilité éventuelle de dominer le monde, ce qui rend par conséquent l’histoire bien plus imprévisible. Il est également plus cynique et sarcastique (notamment ses dialogues avec Steve Trevor), ce qui n’enlève rien au fait qu’il éprouve de l’empathie envers des innocents ayant péri.
Le scénario alterne également des passages intimistes et calmes explorant la psychologie des héros et de leurs proches avec des scènes d’action dantesques où ceux ci déploient pleinement leurs aptitudes.
En ce qui concerne la réalisation technique, on retrouve le graphisme caractéristique de Bruce Timm, quant à l’animation, elle est excellente et très fluide, en particulier lors des combats spectaculaires opposant La Ligue des Justiciers à leurs ennemis.

Avant la sortie du film en DVD et en Blu-Ray, trois court métrages furent proposés sur Youtube et sortirent à un rythme hebdomadaire : le premier est axé sur Batman qui traque une Harley Quinn serial killer cherchant à se créer une nouvelle « famille », le deuxième est centré sur Superman tentant d'empêcher Brainiac d’anéantir une ville, le dernier est dédié à Wonder Woman affrontant l’organisation Kobra aux côtés de Steve Trevor.
Il existe également une série de comics composée de trois numéros qui furent écrits par le scénariste J.M DeMatteis et Bruce Timm qui sortirent avant le long métrage.

Lors de sa sortie, La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres eut droit à la fois à un énorme succès critique et public. Les ventes furent excellentes et les critiques dithyrambiques. Les journalistes ainsi que les fans plébiscitèrent l’originalité de l’histoire, la grande force émotionnelle de celle ci (comme lors du flashback de Wonder Woman) ainsi que le soin accordé à la caractérisation des super héros. Il est considéré par de nombreux fans comme l’un des films majeurs de la collection « DC Animated Movies ».

A noter que le film fut diffusé sur la chaîne Toonami en France dans une version très censurée, vingt minutes ayant tout bonnement été supprimées ! Le long métrage est heureusement en version intégrale en DVD, Blu-Ray et VOD.
Pour ce qui est du doublage, tant en version originale qu’en version française, Superman, Batman et Wonder Woman n’y ont pas leurs voix attitrées ce qui est cohérent puisque leurs identités civiles sont différentes. En revanche pour ce qui est de la version française, certains personnages conservent leurs voix françaises habituelles comme Loïs Lane ou encore Lex Luthor.

Doublage
Voix françaises (Studio Dubbing Brothers) :
Jerôme RebbotSuperman
Renaud MarxBatman
Sophie BaranesWonder Woman
Paul BorneLex Luthor
Véronique AugereauLois Lane
Vincent RopionWill Magnus
Thierry MurzeauSteve Trevor, Général Zod, Victor Fries, Darkseid, Emil Hamilton
Marc PérezPete Ross, Haut Père, Pat Dugan, Dr Sivana, Étain
Paolo DomingoVictor Stone, Jor-El, Ryan Choi, Orion, Jimmy Olsen
Kelvine DumourTina
Anne RondeleuxLara, Amanda Waller, Karen Beecher
Jean-François VlérickSilas Stone, Ray Palmer, Michael Holt, John Henry Irons, Granny Goodness
Auteur : Xanatos
La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 1 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 2 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 3 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 4 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 5 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 6 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 7 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 8 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 9 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 10 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 11 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 12 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 13 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 14 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 15 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 16 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 17 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 18 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 19 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 20 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 21 La Ligue des Justiciers : Dieux et Monstres - image 22


Justice League: Gods and Monsters © Alan Burnett, Bruce Timm / Warner Bros
Fiche publiée le 24 février 2018 - Lue 2349 fois